actualité école de cinéma
  1. Accueil
  2. Le Grand EICAR
  3. Mention spéciale pour le film de Nicolas Pradeau !

Mention spéciale pour le film de Nicolas Pradeau !

Culture[s] - 17 janvier 2019 - par Le Grand EICAR

Étudiant en 1re année du BTS audiovisuel option Métiers de l’image, Nicolas Pradeau s’est vu récompensé pour son court métrage Léau, réalisé lors de son année de Terminale en option Cinéma !

Arrivé à l’EICAR à la rentrée dernière, Nicolas Pradeau se passionne depuis plusieurs année pour la réalisation, et tout particulièrement pour le cadre et la lumière. Rêvant de devenir chef opérateur, il a choisi d’intégrer la formation BTS audiovisuel option Métiers de l’image.

nicolas-pradeau-01

Une passion pour le cinéma et l’image

Originaire d’Avignon où il a suivi l’option Cinéma au lycée, il fait ses armes sur des tournages de courts métrages ainsi qu’en travaillant comme vidéaste d’événementiel. « J’ai appris à préparer, éclairer, tourner, monter, étalonner, bruiter des courts métrages seul. Mais en intégrant l’EICAR, j’ai la possibilité de me former de manière professionnelle. La formation est également un bon moyen de me familiariser avec du matériel auquel je n’aurais d’ordinaire pas eu accès. Mon objectif, depuis maintenant 2 ans, est de devenir chef opérateur ! »

En 2018, alors qu’il prépare ses épreuves du Bac, Nicolas Pradeau réalise en collaboration avec Léa Roland et Martin Schrepel, le court métrage Léau. Dans leur film, les trois réalisateurs en herbe racontent une histoire questionnant l’émancipation, la découverte de sa propre nature et de ses possibles évolutions.

L’histoire d’un être propice dans un jardin d’Eden propice à la métamorphose et à la fluidité, libéré du temps, de l’espace et du réel.

affiche-leau-nicolas-pradeau-web

À l’image, à l’étalonnage et au montage, Nicolas imagine une lumière et un cadre s’inspirant des films tournés en Super 8, mais en utilisant un équipement tout autre. « Nous devions initialement tourner en Super 8, mais faute de temps et de budget, j’ai équipé mon appareil numérique d’un objectif argentique. Puis, j’ai utilisé un collant noir afin de “casser” l’aspect de l’image numérique. J’ai également fixé à la caméra une poignée de Super 8, me permettant ainsi de filmer au poing. Je cadrais aussi très souvent avec le viseur et me permettais de négliger la mise au point. »

Premiers pas en festivals !

En décembre dernier, les trois jeunes réalisateurs sont sélectionnés au Festival tous courts d’Aix-en-Provence, dans le cadre de la 4Compétition Expérimentale. Leur film Léau reçoit ainsi la Mention Spéciale du Jury Expérimental.

Beau-Nicolas-Pradeau-tournage

« C’est la première fois que nous allions en festival, précise Nicolas. Léau est le premier film dont je reste fier plusieurs mois après et il continue de nous influencer. »

Parallèlement à ses études à l’EICAR, Nicolas Pradeau continue de travailler sur des courts métrages comme chef opérateur, et fait partie de l’association de production audiovisuelle FAQUEY. Il a notamment été chef opérateur sur le dernier tournage de son camarade de lycée Martin Schrepel où il a eu l’occasion de filmer en 16 mm ! Nicolas prépare également son prochain court métrage en tant que réalisateur. Un très parcours déjà très complet qui promet déjà un bel avenir dans sa carrière de chef opérateur ! Bravo !

Et pour découvrir son travail, rendez-vous sur le site de Nicolas Pradeau.