actualité école de cinéma
  1. Accueil
  2. Le Grand EICAR
  3. Je suis l’humanité : un ancien signe le dernier spot de la LICRA

Je suis l’humanité : un ancien signe le dernier spot de la LICRA

Culture[s] - 29 juin 2016 - par Le Grand EICAR

DIPLÔMÉ DE L’EICAR EN 2014, OURIEL BENAROCH SIGNE LE PREMIER ÉPISODE DE LA SÉRIE DE PRÉVENTION JE SUIS L’HUMANITÉ DE LA LICRA.

La nouvelle campagne de la Licra propose de faire vivre et partager au public, à travers chaque épisode, une expérience de racisme ou d’antisémitisme où la violence peut être explicite ou implicite. Lancé il y a quelques jours sur le site de la Licra et les réseaux sociaux, le premier épisode de la campagne a été écrit et réalisé par Ouriel Benaroch, ancien de la formation Réalisation Cinéma et Télévision.

Diplômé de l’EICAR en 2014, Ouriel Benaroch s’est très vite lancé en travaillant à son compte. Grâce à différentes rencontres, il a réalisé plusieurs reportages événementiels pour des entreprises ainsi que des clips musicaux et spots publicitaires.

L’idée de travailler avec la Licra est apparu durant ses études à l’EICAR. C’est en effet lors d’un tournage dans le cadre du partenariat EICAR-CEEA, qu’Ouriel rencontre l’acteur Mohamed Badissy qui le met en contact avec l’association. « J’ai donc écrit et proposé plusieurs scénarios à la Licra, explique le réalisateur, dans l’esprit de dénoncer les différentes formes de ségrégations. »

Soutenu par Jean-Eude Bazin, directeur de la photographie et ancien étudiant à l’EICAR, ainsi que par Mano Siri, Présidente de la Commission Culture de la Licra, Ouriel Benaroch obtient l’autorisation de l’association pour un premier projet de film. « Parallèlement à l’écriture du scénario et à la réalisation, j’ai supervisé l’ensemble des phases du projet : depuis la constitution de l’équipe de tournage jusqu’à la post-production, en passant par la gestion de production et le casting. »

Dans ce premier spot préventif, le réalisateur fait le choix de tourner en caméra subjective : « C’est un choix personnel qui s’applique à tous mes scénarios. Mon but était de mettre le spectateur dans la peau de la personne qui est victime de ségrégation, de discrimination ou de manifestation d’hostilité. Je voulais que le spectateur puisse regarder la vidéo jusqu’au bout sans se dire : “Encore une vidéo contre le racisme, je zappe.” »

Et le résultat est bluffant ! La Licra compte diffuser dans les prochains mois d’autres films de prévention et Ouriel entend bien proposer de nouveaux projets. En attendant, il vient de créer sa société et propose ses services pour la captation et la réalisation de films publicitaires, institutionnels et événementiels.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur son site : www.benaproduction.com

© Photos : Quentin Berbey et Jacko Pascal

Souhaitons à Ouriel Benaroch le meilleur pour la suite !