Portraits

Driss HOMET

HOMET Driss - école audiovisuel
Promo 2011

Je souhaitais devenir un acteur et j'avais entendu parler en bien de l'EICAR. Mon Bac en poche j'ai quitté Bordeaux pour atterrir à La Plaine Saint-Denis.

Je ne connaissais absolument rien de l'Actorat ou du cinéma, mais je savais que c’était ma passion et que je désirais en faire mon métier.

J'ai donc suivi les cours, dont ceux de Mihaï Tarna : un professeur exceptionnel -mais très strict-. J'ai appris le souci du détail, de ne jamais être satisfait de ce que l'on fait, de toujours vouloir devenir le meilleur. C'est dans cette optique que j’ai quitté l'école pour tenter les Conservatoires nationaux. Je voulais très vite réussir, faire partie de l’Élite. Aujourd'hui, les cours me manquent ! Je suis nostalgique des cours Stanislaskiens de Mihaï Tarna, des tournages de courts-métrages… 

À l’origine, je rêvais de Cannes, de cinéma, de me faire remarquer… Puis, admiratif de mon professeur, de son charisme, je me suis intéressé de plus près aux Conservatoires. J’ai tout d’abord tenté celui de Cannes, où j’ai échoué, puis les conservatoires d’arrondissements. À mon plus grand étonnement, j’ai réussi toutes les auditions ! 

Ensuite, tout s'est enchainé assez vite : j'ai joué dans une série à Marseille, puis dans une autre sur Bordeaux. Même si ce n'était que de brèves apparitions j'étais déjà très content ! Je ne voyais pas le temps passer… Puis, un metteur en scène m’a contacté pour faire des essais pour une pièce de théâtre. Tout s’est bien passé : je suis à l’affiche de Numéro complémentaire !

Pour moi la base de l’Actorat, c’est : observer, s’informer, être unique, se différencier. Et surtout, croire en ses rêves ! 

 

 

Driss HOMET
Actorat. Promo 2011