actualité école de cinéma
  1. Accueil
  2. Le Grand EICAR
  3. #BFSC / La Quinzaine des Réalisateurs : l’autre vraie sélection du Festival ?

#BFSC / La Quinzaine des Réalisateurs : l’autre vraie sélection du Festival ?

Culture[s] - 17 mai 2019 - par Jonathan Broda

Au Festival de Cannes il y a plusieurs sélections de films :

  • la Sélection Officielle, la plus médiatisée ;
  • Un Certain Regard, son antichambre, créé en 1978 par l’illustre Gilles Jacob ;
  • la Semaine de la Critique, créée en 1961 par l’Association Française de la Critique de Cinéma ;
  • La Quinzaine des Réalisateurs… “Mais qu’est-ce que c’est ?” (comme disent les Talking Heads).

1968 : révolution au Festival de Cannes !

En mai 1968 le festival a été arrêté après quelques jours, certains réalisateurs (Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Lelouch, Milos Forman, entre autres) ne comprenaient pas que l’on puisse ignorer ce qui se passait dans le reste de la France !

© HUFFSCHMITT/SIPA

Ces contestataires, très Nouvelle Vague, formèrent par la suite la SRF (Société des Réalisateurs de Films) en opposition à la direction du Festival qu’ils jugeaient conformiste et trop « aux ordres » du pouvoir.

Cette SRF a donc sa sélection de films à Cannes présentée sous le nom de « La quinzaine des réalisateurs ».

Cet organisme, totalement indépendant du Festival (bien que se déroulant en même temps que le Festival) a une ligne éditoriale plus risquée, moins académique que la Sélection Officielle.

En 1969 Glauber Rocha y présenta Barravento et Philippe Garrel Le Lit de la Vierge ; en 1971 Werner Herzog présenta Fata Morgana et Robert Bresson Les quatre nuits d’un rêveur ; en 1975 Chantal Akerman présenta Jeanne Dielman, 23 quai du commerce 1080 Bruxelles et André Téchiné Souvenirs d’en France ; en 1976 Nagisa Oshima y présenta L’Empire des sens…

Voilà quelques exemples des audaces de cette sélection dans les année 70.

L’affiche de la Quinzaine des réalisateurs, du 15 au 25 mai 2019, au Festival de Cannes.

C’est Pierre-Henri Deleau (acteur, producteur, assistant réalisateur) qui va diriger la Quinzaine de 1969 à 1999 (carrément). Puis deux critiques français vont faire bouger les lignes de cette AUTRE sélection : Olivier Père (de 2004 à 2010) et Edouard Waintrop (de 2011 à 2018).

51 ans pour la Quinzaine des Réalisateurs !

Cette année, pour son 51e anniversaire, c’est le (très) jeune Paolo Moretti, qui a travaillé au Festival de Venise, qui devient le délégué général de la fameuse Quinzaine… Il était très ému, mercredi soir pour son premier discours officiel en amont de la projection du film Le Daim de Quentin Dupieux avec Jean Dujardin et Adèle Haenel, film plutôt déroutant, mais cohérent avec la Quinzaine des Réalisateurs, dans lequel Dujardin est littéralement fasciné par son blouson, en daim…

Cette année, outre Quentin Dupieux on retrouvera d’autres cinéastes intéressants : Bertrand Bonnelo et Rebecca Zlotowski côté français, ou encore l’inusable Takeshi Miike.

À partir de 2002, la SRF et sa Quinzaine ont créé Le Carrosse d’Or (en hommage au film de Jean Renoir de 1951) pour récompenser un.e maître du cinéma, pour les qualités novatrices de ses films, son audace et son indépendance, et qui vient présenter l’un de ses films phares et faire une Masterclass pour la plus grande joie des festivaliers. La liste des récipiendaires du Carrosse d’Or est donc imposante et importante :

  • les français Jacques Rozier (2002), Alain Cavalier (2007), Alain Resnais (2014) ;
  • les maîtres américains Clint Eastwood (2003), Jim Jarmusch (2008), Martin Scrosese (2018) ;
  • mais aussi Nanni Moretti (2004), Ousmane Sembene (2005), David Cronenberg (2006), Jafar Panahi (2011), Nuri Bilge Ceylan (2012), Jia Zhangke (2015), Aki Kaurismaki (2016), Werner Herzog (2017)…
  • …et les réalisatrices Naomi Kawase (2009), Agnès Varda (2010), Jane Campion (2013).

Cette année c’est John Carpenter qui fut mis à l’honneur, il présenta son film culte The Thing réalisé en 1982 qui n’a pas pris une ride… Sa Masterclass fut émouvante (quelle humilité dans ses mots), motivante (quel amour du cinéma dans ses exemples) et même militante (pas surprenant quand on repense à ses films) !