actualité école de cinéma
  1. Accueil
  2. Le Grand EICAR
  3. Les Hypocrites de Molière : public conquis au Théâtre du Gymnase

Les Hypocrites de Molière : public conquis au Théâtre du Gymnase

Culture[s] - 25 juin 2018 - par Le Grand EICAR

Mettre en scène un spectacle à visée pédagogique est toujours une gageure car l’équilibre entre l’attente du spectateur et la nécessité de créer une situation de travail intéressante pour l’étudiant est fragile. Mickaël Pernet a parfaitement trouvé ce point d’équilibre dans la représentation “Les Hypocrites de Molière”, donnée par la troupe des élèves de 3e année du département Actorat, vendredi 22 juin, au Théâtre du Gymnase.

les_hypocrites_de_moliere_affiche_web

Les 25 jeunes comédiens en 3e année de la formation Actorat ont conquis le public par une interprétation enlevée d’extraits ciselés de pièces de Molière. Mickaël Pernet, lui-même diplomé du département Actorat, articule habilement des extraits de Dom Juan, du Misanthrope, des Femmes savantes et du Tartuffe pour construire une lecture du thème de l’hypocrisie chez Molière. Hormis Le Misanthrope, toutes ces pièces respectent le schéma habituel de la comédie d’intrigue : un mariage contrarié reçoit sa solution au dénouement de la pièce.

Le personnage qui s’oppose au mariage est aveuglé par ses vices ou ses travers, et l’action a pour but de faire apparaitre les défauts et les ridicules de son caractère. Ce schéma permet de passer sans peine d’une intrigue à une autre. On a particulièrement apprécié les détails de mise en scène qui attribue à chaque personne de telle ou telle pièce un accessoire coloré de nature à identifier son univers de référence. Aux personnages de Tartuffe, le bleu ; à ceux du Misanthrope, le rouge ; aux Femmes savantes, le jaune.

Les_Hypocrites_de_Moliere_01

De gauche à droite : Yann Denis (Trissotin), Gabriela Curicheru (Bélise), Victoire Vidil (Philaminte) et Marion Maclou (Armande) incarnent les personnes extraits des “Femmes savantes”

Le choix des extraits permet, dans le respect de chaque pièce, de mettre en valeur la richesse des procédés narratifs utilisés par Molière.  Mise en scène indirecte du caractère d’un personnage, obstacle révélateur, art du raccourci et « personnage guide » composent une structure qui permet de saisir les ressorts de l’efficacité de la construction des pièces de Molière. Ainsi, la scène de querelle de famille qui oppose au début du Tartuffe sept personnages, permet-elle non seulement de connaitre le caractère de chacun d’eux, mais surtout de dresser le portrait de Tartuffe alors même que celui-ci n’apparaitra dans la pièce qu’au troisième acte.

Les-Hypocrites-de-Moliere_02

Scène extraite du “Mysanthrope”

Dans le cours de l’action, Molière trace des portraits pour préparer une scène et lui donner tout son effet. La vanité d’Acaste introduit les scènes dans lesquelles la perfidie de Célimène s’exprime avec brio. Les principaux personnages des pièces choisies pour le spectacle sont en proie à une idée fixe révélée au spectateur par l’apparition d’un obstacle ou par l’instauration d’un climat favorable à son expression. Cette construction est le prétexte à des scènes dont les effets comiques sont particulièrement maitrisés par les jeunes comédiens de la troupe.

Les types immortels créés par Molière, hypocrite, précieuses, vaniteux, misanthrope s’expriment en alexandrins mais les répliques ont un tel mordant qu’on les dirait dites en prose. Soulignons le travail de diction particulièrement soigné mené par les comédiens qui parviennent à nous faire entendre la versification sans que celle-ci ne pose.

Deux étudiantes de la formation Actorat, Camille Carbon et Charlotte Hoepffner, ont saisi à l’occasion de la préparation du spectacle, la possibilité de s’initier à la mise en scène.

On retiendra les effets particulièrement soignés des scènes dans lesquelles l’intégralité de la troupe est mobilisée. Le tableau d’introduction mêle ainsi les corps dans une pyramide humaine qui évoque les tableaux de Bosch et la damnation éternelle à laquelle mène l’hypocrisie. Un plateau tournant permet d’associer d’une façon très habile Célimène, Tartuffe et Trissotin, chacun alternant l’une des tirades les plus exemplaires de leur hyprocrisie.

Les-Hypocrites-de-Molière_03

Mathilde Caudrelier (debout au centre) incarne Célimène, personnage du Misanthrope.

Souhaitons à ce spectacle la possibilité d’être de nouveau joué tant les acteurs ont pris plaisir à le jouer et nous spectateurs, à le regarder !