gaultier_barra_actorat-eicar
gaultier_barra_actorat-eicar
actualité école de cinéma
  1. Accueil
  2. Le Grand EICAR
  3. #MadeInEICAR : Gaultier Barra – Actorat

#MadeInEICAR : Gaultier Barra – Actorat

Me, Myself & I - 4 avril 2019 - par Le Grand EICAR

Diplômé de l’EICAR en 2014, Gaultier Barra a su allier durant ses études et le début d’une carrière très prometteuse, ses deux passions pour la création audiovisuelle et le jeu d’acteur. Il revient sur son parcours au sein de la formation Actorat dans un nouveau portrait #MadeInEICAR !

Pendant mes années au lycée, en section STI Arts Appliqués, j’ai présenté des projets artistiques sous la forme de petits films et mes professeurs m’ont encouragé dans ce sens. Je me suis ensuite rendu aux Portes Ouvertes de l’EICAR avec l’espoir d’intégrer la formation Réalisation cinéma et télévision. En repartant, un jeune garçon m’a arrêté pour me faire découvrir le départment Actorat que je ne connaissais pas.

Ayant fait beaucoup de théâtre et plusieurs années de comédie musicale auparavant, cela m’a tout de suite intéressé.  Je suis allé dans une salle obscure et me suis retrouvé en tête à tête avec le responsable de la formation, Mihaï Tarna. Après avoir longtemps hésité, j’ai finalement choisi l’Actorat.

gaultier_barra_actorat-eicar

Une fois arrivé à EICAR, j’étais bien décidé à devenir acteur mais ce n’est pas pour autant que j’ai mis la réalisation de côté. Pendant mes années d’étudiant de l’Actorat, j’ai réalisé plusieurs courts métrages dont une trilogie. J’ai essayé de toucher un peu à tout : lumière, cadre, son, décor, régie… J’ai également eu l’opportunité de faire un stage d’un mois en tant que monteur dans une production toulonnaise (VBC Production). Cela m’a permis de comprendre l’importance de chacun des postes au sein d’une équipe technique et artistique.

En 2e année, j’ai décidé de créer ma propre société de production : KN5 PRODUCTION sous forme d’auto-entreprise. En 3e année, j’ai voulu voir si j’étais capable de réaliser un vrai  projet professionnel. J’ai fait le choix de ne pas jouer dans le film afin de me consacrer entièrement à la réalisation. J’ai moi-même écrit le scénario de mon premier moyen métrage SANS VOIX que j’ai co-réalisé avec Djara (qui était réalisateur pour Oniryk Production à l’époque). Djara m’a beaucoup appris sur la technique et j’ai pu aussi me focaliser sur la direction d’acteur.

À la suite de l’avant-première de Sans Voix, Éric Zoa, qui était à l’époque étudiant de l’Actorat en 4e année, est venu me proposer un projet qui lui tenait à cœur : Les chemins vers l’Hostie. J’ai aussitôt accepté de le réaliser après avoir lu le script.

Ce film a marqué le début d’une longue amitié. En effet, nous avons ensuite travaillé sur un premier long métrage que j’ai co-réalisé avec un camarade de l’école : Je les aime, je les aime tous, tu les sais. dans lequel je tiens cette fois-ci le premier rôle. Une grande partie de la promotion d’Éric a également pu jouer dans le film.

Aujourd’hui, ce projet reste ma plus belle expérience de tournage : nous étions une belle équipe de vingt personnes et nous tournions sous une tempête de neige en Haute-Savoie. J’ai pu rendre hommage au film Shining de Stanley Kubrick qui fait partie de mes inspirations.

Depuis j’ai produit, co-produit et réalisé plusieurs courts métrages et spots publicitaires. Actuellement, je produis de plus en plus tout en continuant de réaliser, sans oublier la scène qui m’a manqué pendant deux ans et avec laquelle j’ai renoué récemment. Je vais  également réaliser le premier court métrage d’animation de KN5 PRODUCTION : Le Journal.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gaultier Barra (@gaultierbarraofficiel) le

 

Avec un ancien étudiant de l’Actorat, Hiram Ayamel, nous sommes en train d’écrire mon nouveau long métrage sur lequel je travaille depuis cinq ans : Pas de pays sans paysansJ’ai aussi rencontré récemment Jonathan Faugeras, ancien élève de Réalisation cinéma et télévision. Nous avons réalisé ensemble différents spots publicitaires. Et j’ai pu l’aider en produisant deux de ses courts métrages.

En dehors de ma société, j’ai quand même gardé contact avec plusieurs amis de ma promotion que je sollicite parfois sur divers projets artistiques.

gaultier-barra-comedien-actorat-eicar

Je pense qu’avec le temps je n’aurais qu’un seul conseil pour les étudiants d’aujourd’hui : « ne jamais lâcher ! »

Je connais certaines personnes douées qui n’ont pas su persévérer, et je trouve ça triste car ils avaient de l’or entre les mains … Si vous voyez que ce n’est pas votre tasse de thé, sachez que c’est loin d’être facile comme métier et que si vous aimez vraiment ça et que vous avez pleins de messages à faire passer, alors foncez et surtout accrochez-vous bien même si les premières années sont difficiles. Avec le temps ça paye toujours, vous verrez ! Alors ne lâchez surtout pas.