news-un-beau-voyou-christophe-danvin
news-un-beau-voyou-christophe-danvin
actualité école de cinéma
  1. Accueil
  2. Le Grand EICAR
  3. Un professeur de l’EICAR signe la musique du film Un beau voyou

Un professeur de l’EICAR signe la musique du film Un beau voyou

Culture[s] - 2 janvier 2019 - par Le Grand EICAR

Ingénieur du son, monteur son et compositeur pour le cinéma, la télévision et le théâtre, Christophe Danvin anime régulièrement des séminaires de sound design et de mixage auprès des étudiants du département Son et Musique. Il signe la musique du film Un beau voyou, premier long métrage de Lucas Bernard, aujourd’hui en salle !

Christophe Danvin : du montage son à la musique de film

Diplômé de la maîtrise des sciences et techniques de l’université de Brest, Christophe Danvin étudie la musique entre le Conservatoire de Jazz du IXe arr. de Paris et le Berklee College of Music de Boston, aux États-Unis. Depuis plus de 15 ans, il mène une carrière de monteur son/sound designer et de musicien pour l’audiovisuel et le spectacle vivant. Il enseigne également à l’EICAR auprès des étudiants des formations Réalisation sonore et Chef opérateur son.

En 2010, Christophe Danvin rencontre le réalisateur Lucas Bernard, alors en plein tournage de son premier documentaire. Il lui propose d’en écrire la musique. De là partira une belle collaboration, notamment sur deux autres courts métrage. « Petit à petit, nos univers ont fusionné, explique-t-il, et nous avons vu à quel point nos regards et nos sensibilités pouvaient mutuellement s’enrichir. »

christophe-danvin-musique-un-beau-voyou

La place de la musique dans le film Un beau voyou

Aujourd’hui, le compositeur retrouve le réalisateur en signant la musique de son premier long métrage, Un beau voyou. Mêlant intrigue policière et comédie, ce film nous amène à suivre l’enquête du commissaire Beffrois autour d’un mystérieux vol de tableau.

À l’affiche, Charles Berling, acteur incontournable du cinéma français, Swann Arlaud, César du Meilleur Acteur en 2018, et Jennifer Decker de la Comédie-Française. Le ton du film est donné dès la bande-annonce, dans laquelle la musique tient déjà une place essentielle !

Christophe Danvin, revient sur ce travail d’écriture :

« Avec Lubas [Bernard], nous avons d’abord beaucoup échangé sur la place qu’aurait la musique dans le film et de sa “couleur”. J’ai commencé à écrire quelques thèmes à partir du scénario.

Ensuite, au cours du montage, il y a eu de nombreux “aller/retour” avec différentes propositions de ma part mais aussi des propositions de la part du réalisateur et du monteur à base de musiques temporaires venues d’un peu partout.

Une fois que 90% des musiques étaient validées, nous sommes partis enregistrer tout ça !

Pour les inspirations, beaucoup de choses étaient mêlée : le jazz “cool” de Miles Davis, la batterie d’Antonio Sanchez dans Birdman, les films d’aventures, le western spaghetti… La principale difficulté était d’arriver à synthétiser toutes les aspirations de l’équipe en un résultat musical cohérent qui sert le film et convient à tous les intervenants (production, réalisation…). »

Produit par Les Grands Espaces Films, et distribué par Pyramide, Un beau voyou sort aujourd’hui (mercredi 2 janvier) en salles.

un_beau_voyou_affiche

Découvrir tous les métiers du son et de la musique

Pour Christophe Danvin, les projets professionnels s’enchaînent. Membre de la compagnie de théâtre L’Argument, il signe ainsi la musique des deux nouveaux spectacles de la troupe : Stuck Plastik et Zaï Zaï Zaï Zaï.

Passioné par son métier, il n’hésite pas à apporter quelques conseils pour les étudiants souhaitant trouver leur voie dans les métiers du son et de la musique.

« Il est important de se former au maximum pendant ses études. En effet, beaucoup de concepts théoriques (en musique ou en son) ne seront plus abordés dans l’environnement professionnel mais seront très utiles. Il faut aussi essayer de se confronter au maximum aux différents domaines du son, grâce aux stages et à l’apprentissage. Ces métiers renferment une multitude de savoir-faire.

Pour les futurs compositeurs, là aussi je conseillerai de bien se plonger dans la théorie. Eu égard aux outils disponibles aujourd’hui, on peut vite avoir l’impression de pouvoir maîtriser un orchestre symphonique. C’est un leurre… Malgré tout, ces outils permettent de s’exercer et d’expérimenter et ça il ne faut pas s’en priver ! »